La place dauphine a perdu un de ses côtés

Abattu sous le Second Empire…

 

C’est aujourd’hui un court article que je vous propose, afin de poursuivre ceux qui ont déjà été consacrés aux abords de la place Dauphine. Pour ceux qui ont bonne mémoire il y avait celui qui traitait du Pont Neuf et celui qui s’intéressait à la statue de Henri IV (elle aussi située sur le Pont Neuf à quelques mètres de la place qui nous occupera aujourd’hui).

 

Pour l’heure, nous allons nous consacrer, un court instant, à la manière dont la place a perdu ses maisons du côté du Palais de Justice. Comme on peut le constater sur les deux plans ci-dessous – le plan Mérian à gauche datant de 1615, et le plan Turgot dressé entre 1734 et 1739 ; la place présentait alors une belle unité de constructions avec ses échoppes au rez-de-chaussée et ses étages dédiés à l’habitat juste au-dessus. On pourra également contempler avec profit la belle gravure de Chastillon, datant de la fin du règne d’Henri IV, qui donne une idée de la cohérence architecturale de la place à peine terminée.

 

C’est donc sous Louis-Philippe (qui règne de 1830 à 1848) que l’on projette d’agrandir le palais de Justice qui devenait trop petit. Mais les travaux et ces changements se font lentement. Dans un premier temps, les maisons bordant la rue de Harlay vers le nouveau palais sont réquisitionnées par des services judiciaires… jusque dans les années 1870. Pour résumer cela traine, mais tout va ensuite très vite après l’épisode tragique de la Commune. Dans les années 1871, 1872 ces maisons sont détruites et c’est au tour, dans la foulée, de celles de la place Dauphine en 1874, afin de libérer la perspective vers cette volée de marches majestueuses, que personne ne semble jamais emprunter.

 

Finie donc la petite place décidée par Henri IV et photographiée dans ses dernières années par Marville (voir la photo ci-dessous), la place est certes à présent très ouverte mais a, à coup sûr, perdu une grande part de son charme. Nous pouvons cependant nous réjouir, car tout n’a pas été détruit, le projet haussmannien visait en effet à raser totalement la place pour lui substituer un ensemble néogrec.

 

Notes

  • Plans Mérian et Harley
  • Gravure de Chastillon
  • Photo de Marville ex. Paris disparu, Léornard Pitt, Parigramme, Guide Point 2, Paris, page 173
  • Source sur les abords de la place Dauphine lire l’article Wikipedia sur la rue de Harlay.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *